Le Pygmalion et Galathée de Girodet ou l'éloge funèbre du néoclassicisme