Existence et unicité des solutions des équations hyperboliques du second ordre à coeficients ne dépendent que du temps