Imbert entre passion beyliste et érudition stendhalienne